Journal

Rater son train, fêter Halloween avant un voyage et faire des listes

Actuellement je suis dans le train et j’écris cet article dans les notes de mon téléphone. Je tiens à préciser, du reste, que j’ai raté celui que je devais prendre initialement à un cheveu, mais quand je dis à un cheveu, c’est pas un cheveu de Maiwenn, c’est plutôt un cheveu de Line Renaud, genre, quand vous arrivez sur le quai vous voyez le train partir et vous, vous le regardez s’en aller au loin, vous avez envie de courir pour le rattraper et vous accrocher au wagon mais votre endurance et votre rationalité -toute relative entendons nous là dessus- vous disent que ça serait bien d’éviter de vous taper l’affiche même si en soit vous n’avez plus rien à perdre.

Donc vous essayez de prendre sur vous et vous commandez un thé et un macaron chez paul puis vous vous installez dans l’espèce « zen » -zen entre guillemet car, sachez le, cet endroit peuplé de gens stressés et d’enfants brailleurs est tout sauf zen – de la gare et vous vous posez devant votre série pendant une petite heure. Loué soit le wifi gratuit de la sncf et netflix. Suite à ça, vous courez sur le quai puisque le dit quai est annoncé 5 minutes avant son arrivée et évidemment vous êtes à l’autre bout de la gare et là c’est Waterloo parce que tout le monde veut une place et vous changez 3 fois de wagon risquant, à chaque fois que vous retournez sur le quai, de le rater une nouvelle fois – ça serait con quand même – et vous trouvez enfin une place dans un carré, la prise ne fonctionne pas, votre batterie est à 20% mais la dame à côté de vous sent bon et il n’y a pas de bébé qui pleure – juste deux filles qui ricannent comme des dindes mais vous ne dites rien parce que ça pourrait être vous – alors vous vous contentez de votre sort qui en soi n’est pas si terrible: vous auriez pu vous retrouver à côté de quelqu’un qui sent la transpiration avec un gosse qui hurle aux Enfers (cette expression n’existe pas, je viens de l’inventer.)

Je me suis rendue compte en écrivant ces mots à quel point ça fait du bien de revenir par ici, surtout quand votre vie c’est la guerre de Troie car:

  • Vous ne savez absolument pas où vous serez dans un an, peut être à Paris, peut être à Lyon, peut être dans une autre ville de France, peut être au Mexique.
  • Le chargeur de votre ordinateur est décédé et en racheter un nouveau vous coûte l’équivalent de 3 semaines de courses.
  • Votre dos n’est plus qu’une plaque de marbre que seul un ostéopathe peut décoincer mais vous ne prenez pas le temps de prendre rendez vous parce que vous n’avez pas le temps.
  • La fac. Je n’ai pas besoin d’en dire plus à ce sujet, je pense.

Cependant, il y a, et heureusement, du positif:

  • J’ai mangé la première raclette de la saison avec ma maman et mon frère et ma belle soeur qui sont revenus d’Afrique du Sud.
  • Je suis partie toute seule à Barcelone, sur un coup de tête et j’y ai ramené cette jolie illustration de Frida Kahlo.
  • J’ai des projets déco pour ma chambre qui me mettent en joie.
  • J’ai sculpté pour la première fois une citrouille d’Halloween. Elle s’appelle Millie.
  • J’ai commencé à lire l’histoire originale de « Peter Pan » par J.M Barrie, en anglais, dans l’édition absolument magnifique que vous pouvez voir sur la photo.
  • J’ai fêté un anniversaire presque tous les week ends de ce mois Novembre, il est donc passé très vite, ce qui veut dire que Décembre approche et c’est une joie non négligeable.

Alors voilà, heureusement la vie continue et je sais que je ne m’appelle ni Andromaque, Phèdre ou Junie et que ma vie n’est pas qu’une triste tragédie contemporaine alors dès demain je vais vous écrire un article sur les séries à voir absolument sous peine de voir votre âme brûler aux Enfers parmi les damnés. Et je tiens à préciser que Mme la contrôleuse qui vient de vérifier mon billet a fait un trou en fome d’étoile dans mon billet. Si c’est pas un signe d’espoir ça.

by
0

You may also like

Laisser un commentaire