Journal

Techniques pour lutter contre le froid et pérégrinations sur la nouvelle année

Il fait froid. Vraiment froid. Pour tout vous dire, je me retiens de ne pas laisser mon radiateur allumé au maximum tout le temps. Mais ma conscience et la raison, c’est à dire le réchauffement climatique et mon compte en banque, me suggèrent que non, franchement, ça serait bien si je m’abstenais et si je retenais mes pulsions d’enfant capricieuse. Ainsi, je suis actuellement au fond de mon lit, sous trois couches de couvertures et de plaids, en pyjama, le pas de deux de Casse Noisette en fond musical – c’est bien ça donne un côté drama à l’écriture de cet article, chose peu vraisemblable puisque cet article n’est pas si dramatique, si on omet, bien sûr, le fait que les beaux jours reviennent dans trois mois. Oui, nous sommes début janvier et j’en ai déjà ma claque de l’hiver.

Au moment où je vous écris je suis rentrée de Paris depuis quelques jours et je suis seule à l’appartement puisque ma coloc est partie en vacances avec sa famille et les cochons d’Inde sont en vacances chez sa mamie. Je suis en vacances jusqu’à lundi et même si la semaine précédente a vraiment été géniale puisqu’il y d’abord eu les fêtes de Noël à Clermont et à Toulouse puis j’ai pris le train pour Paris avec une escale à Bordeaux – clairement, j’ai plus voyagé en une semaine qu’en une année entière. En fait, non, cette année je suis quand même allée à Lille, Brest, Saint-Étienne, Montpellier, Toulouse, cinq fois à Paris et deux fois à Marseille, à la fin, les gars de la sncf me tutoyaient – et j’ai passé la dernière semaine de l’année dans la capitale où je me suis promenée dans la ville, suis allée au théâtre, fait une super expo au musée de l’Homme, failli mourir asphyxiée dans la foule aux Galeries Lafayettes et mangé l’équivalent de 2 fois mon poids. Alors même si cette semaine était très chouette, elle n’était pas très reposante, donc, étant donné que je rentre à Clermont samedi, j’ai devant moi 2 jours pour faire absolument que dalle et profiter d’une vie non programmée par douze mille activités. Pour ces deux jours j’ai donc prévu – « prévu », c’est un bien grand mot – de cuisiner des petites choses de saison avec ce que j’ai acheté aujourd’hui, écrire quelques articles d’avance pour le blog, aller au cinéma avec Mélanie et alterner entre des Disney et les adaptations cinématographique des romans de Marcel Pagnol, force est de constater que mes goûts peuvent être définis comme très hétéroclites.

Pour en revenir au froid, savez vous que nous sommes les seuls mammifères à rester actifs, voire à l’être mille fois plus que le reste de l’année, en hiver? Ainsi, je propose qu’on instaure en cette saison des Enfers: une semaine de 3 jours, le reste étant voué à la lecture, au cinéma, à la cuisine, à l’écriture, aux ballades, à la migration vers les pays chauds et à l’écoute non stop de chansons de Noël (oui je suis le genre de personne qui écoute encore “It’s beginning to look a lot like Christmas” et “Feliz Navidad” en Janvier et qui garde son sapin jusqu’en mars). Comme je sais que cela n’arrivera jamais – mais sait-on jamais, vous pouvez toujours prier pour moi et mes 3 couettes – j’essaie de ponctuer mes journées de douceurs quotidiennes comme faire des crêpes en regardant Harry Potter, écouter des podcasts en mangeant des gyosas et bouquiner en écoutant de la musique. Mon plaisir ultime étant, ne pas mettre de réveil le week end. Alors oui, ça peut paraître abominable mais, des fois, je mets mon réveil le samedi et le dimanche. Sauf que, mes aubergines sous les yeux, mes pics de stress et moi, on a dit fuck et on a désactivé l’alarme de la fin de semaine. Depuis que j’ai instauré cette nouvelle règle, j’ai revécu – un peu – et j’ai réussi à tenir le coup jusqu’aux vacances sans pleurer.

Je tiens à préciser que j’ai arrêté d’écouter Tchaïkovski et que j’ai lancé un fond « bruit de vagues » pour avoir l’impression d’être au bord de la mer sur l’île de Mataiva – atoll de l’archipel des Tuamotu en Polynésie française. C’était le point géo, ici on aime se cultiver – au niveau du look et de l’alimentation on est encore loin de la robe estivale et des pastèques, à vrai dire on est plus sur un combo pyjama/grosses chaussettes/gilet doudou et thé brûlant. Mais je tiens le coup et je commence l’année en planifiant des voyages et des week-ends pour 2019 ainsi que des petits objectifs que je mets en place habituellement à chaque début d’année. Je dois quand même vous avouer une chose : je n’ai jamais aimé le concept de « bonnes résolutions », et je pèse mes mots. En fait je les abhorre, je les méprise. Ça peut paraître violent mais pour moi les résolutions sont une espèce de pression qui vient s’ajouter au stress de la vie quotidienne, peut être que ça en rassure certains, et je le respecte totalement mais moi ça me rend dingue. Alors depuis quelques années, j’ai adopté un autre concept qui me convient plutôt bien, je fais une liste des endroits que j’aimerais visiter, des choses que j’aimerais découvrir, cette année on penche peut être sur la pratique du surf cet été et une escapade en Italie. J’ai bien sûr d’autres envies et projets mais je dois dire que je n’ai pas forcément envie de parler de ça ici tant que ce n’est qu’une idée dans un coin de ma tête et que je préfère les noter dans un carnet pour l’instant. Mais promis, si cela se concrétise, je viendrai en parler ici avec grand plaisir.

Je viens de voir qu’il est 19h53, je vais donc aller me préparer à manger et lancer Ratatouille ou La Fille du puisatier et finir la soirée avec du thé et des clémentines.

by
0

You may also like

Laisser un commentaire